Demandez votre Audit offert

L’essentiel pour débuter

Des préconisations détaillées

19 critères majeurs de Google analysés

100% gratuit en moins de 24h

Qu’est ce que le référencement naturel ?

Tout d’abord il est important de comprendre que le SEO est très puissant mais long à mettre en place. En effet, il faudra au moins attendre 1 mois pour voir les premiers résultats et 3 mois pour que votre SEO soit lancé. Les débuts sont longs et compliqués mais une fois en place, le trafic de votre site fonctionnera en automatique sur le long terme. Il est toutefois conseillé de commencer par une campagne de communication payante pour démarrer.

Le référencement naturel ou en anglais SEO pour Search Engine Optimisation s’oppose au SEA (Search Engine Advertising).

Le SEA est du référencement payant qui consiste à acheter de la publicité Adwords. Ce sont les premiers résultats de recherche en vert étiquetés « Annonce ».

Le SEO consiste à faire en sorte qu’une page remonte dans les premières résultat de recherches de façon naturel, en essayant de faire des pages le plus qualitatifs possible pour le web et pour l’utilisateur.

En fait, Google a des critères de sélections pour classer les pages web. Plus vous respectez ces critères et plus votre page remonte. Bien sur vous devez également tenir compte de la concurrence de la thématique de votre page.

 

Comment ça marche ?

Google envoie des robots analyser votre site web (crawl), les robots regardent si votre site correspond aux critères de Google, les robots indexent les pages dans le moteur de recherche. Une fois indexées, elles sont positionnées suivant tout un tas de critères.

Connaitre ces critères, c’est avoir un coup d’avance sur vos concurrents.

 

Pourquoi travailler son SEO ?

La question ne se pose pas. Le SEO est un canal d’acquisition essentiel. Il y en a plusieurs : les réseaux sociaux, l’email marketing par exemple, mais le SEO vous permet d’avoir du trafic en automatique sur le long terme sans rien faire.

 

Les différents Algorithmes de Google

Google compte 19 algorithmes, certains visent à favoriser un site et d’autres à le pénaliser. On va en voir 7 principaux :

  • Panda : un des algorithmes de Google les plus important qui analyse la qualité des sites web (sorti : 07/2015)
  • Penguin : un algorithmes qui pénalise la suroptimisation SEO et notamment trop de liens externes non naturel (sorti : 09/2016)
  • Index mobile : Google tend à passer sur un index mobile et non plus PC, cet algorithme favorise les sites web qui sont responsive design (04/2015)
  • RankBrain : c’est une intelligence artificiel qui permet de mieux répondre aux requêtes des internautes. Il ne favorise ou pénalise personne. (sorti : 10/2105)
  • Hummingbird : un algorithme qui vise à améliorer la recherche sémantique. Il permet aux robots de mieux comprendre de quoi parle une page web. (sorti : 09/2013)
  • Vitesse : l’algorithme qui vise à favoriser les sites web rapide (sorti : 04/2010)
  • HTTPS : vise à favoriser les sites sécurisé. (sorti : 08/2014)

Ce qu’il faut retenir : Google est le grand chef du web et vous devez vous plier à son fonctionnement si vous voulez réussir sur le web.

Heureusement, Google veut simplement que chaque site web facilite la vie aux internautes.

 

Le référencement on-site (interne)

On parle ici de référencement on-site (interne) d’un côté et de référencement off-site (externe) de l’autre.

En gros, le SEO interne, c’est comment bien rédiger un article pour le web. Pour cela, il faut respecter deux choses :

  • L’expérience utilisateur
  • Les critères de Google

Il existe des centaines de critères, je vous présente ici ceux qui ont le plus de poids.

  • La balise Title : le titre est un élément ultra important et doit être optimisé avec de bons mots-clefs. Il va déterminer si l’internaute va oui ou non trouver puis cliquer sur le lien pour accéder à la page. La balise Title fait entre 50 et 70 caractères.
  • La balise Meta description : moins de poids que le titre, la balise meta description est un extrait unique de l’article qui apparait seulement dans les résultats de recherche. Trop souvent oublié, le meta description doit faire environ 160 caractères.
  • Le maillage interne : le meilleur moyen de faciliter la navigation aux robots de Google mais aussi aux internautes est simplement de faire des liens entre les pages du blog. C’est bon pour le référencement mais aussi pour garder les utilisateurs sur le site. Wikipedia est le roi du maillage interne.
  • Les liens sortants : il s’agit d’un critère plus axé sur l’expérience utilisateur. En effet, un lien qui renvoi vers une page qui ne fonctionne pas nuit à l’utilisateur.
  • Les balises Hn : l’ordre des balises Hn (H1- H2 – H3 – H4) permet aux robots de mieux identifier les données des pages web. Plus Google en sait sur une page et plus il va pouvoir l’afficher dans les résultats de recherche.
  • La profondeur : la profondeur nuit à l’expérience utilisateur. Les internautes sont feignants et veulent trouver une info très rapidement, s’ils ont du mal à trouver l’info, ils vont partir. De plus, les robots passent un temps limité sur un site web et peuvent manquer une page trop profonde. Elle ne sera alors pas indexée.
  • La taille du texte : Google fonctionne avec des mots-clefs. Forcement, plus vous ajoutez de texte et plus vous êtes susceptibles d’avoir de mots-clefs que les utilisateurs vont taper dans Google (même des mots-clefs que vous n’imaginez pas). D’après plusieurs analyses, un article bien optimisé fait dans les environs de 3000 mots. Je conseille 1000 mots.
  • La mise en exergue : on touche encore à l’expérience utilisateur, le gras attire l’œil et permet aux robots de mieux identifier de quoi parle la page.
  • Les pages AMP : encore tout récent, les pages AMP pour Accelerated Mobile Pages permettent d’avoir une version mobile très rapide et ainsi gagner en visibilité.
  • La vitesse de chargement + le taux de rebond : plus une page est longue et plus l’internaute va partir. Si l’internaute quitte le site dès les premières secondes de chargement de la page, cela augmente votre taux de rebond. Pour Google, vous nuisez à l’expérience utilisateur et il vous pénalise.
  • La balise meta no index : grâce à Yoast SEO, vous pouvez simplement bloquer l’indexation d’une page. Il faut savoir que cette manipulation rend une page inutile pour le SEO. Je vous conseille de faire cette manipulation seulement pour la page « mentions légales » ou « CGV ».
  • Le duplicate content : Google déteste le copier-coller, que cela soit en externe ou en interne, essayez de ne jamais écrire plus de 3 lignes identiques sur votre site.
  • L’ancienneté : simplement, un nom de domaine (pas forcement un site web) a plus de poids s’il est ancien.
  • Le responsive design : on l’a vu, Google à un algorithme spécifique pour les pages mobiles et votre site doit être absolument responsive design pour être bien référencé.
  • Les erreurs 404 : Les erreurs 404 ne sont pas dramatiques pour le référencement naturel mais elles nuisent à l’expérience utilisateurs. Une erreur 404 est une page inaccessible. Il n’y a rien de pire pour qu’un utilisateur quitte le site web.

 

Bien rédiger pour le web :

Le contenu texte est l’élément numéro 1 d’un bon positionnement SEO. Google classe les sites web suivant tout un tas de critères mais sans contenu, il n’y a aucun positionnement possible.

Un bon contenu commence par une étude de mots-clefs

Qu’est ce qu’un bon mot-clef ?

  • Mots-clefs concurrentiels : se sont des mots-clefs essentiels à l’article mais très concurrentiel = « Activités Maroc »
  • Mots-clefs de longue traine : On appelle des mots-clefs de longue traine des mots-clefs qui font plus de 3 ou 4 mots et qui sont très précis. Exemple : faire de la planche à voile au Maroc.

Vous devez utiliser les deux.

 

Comment identifier un mot-clef potentiellement bon ?

  1. Tapez un mot-clef dans Google
  2. Si vous retrouvez beaucoup de pages d’accueil, ce n’est pas bon
  3. Si il y a beaucoup de pub, ce n’est pas bon
  4. Si il y beaucoup de site connu, ce n’est pas bon

Un mot-clef ne doit pas être répété le plus possible, cela ne fonctionne plus. Vous devez :

  • Utilisez un mot-clef principal par page
  • Utilisez d’autres mots-clefs important pour entourer l’univers sémantique du mot-clef principal (exemple : le mot-clef principal est jaguar, je vais utiliser des mots-clefs liés à l’univers de l’automobile si je veux parler de la voiture).
  • Placez ces mots-clefs en début de paragraphe
  • Placer le mot-clef principal dans le titre, meta description, sous titre et url.
  • Utilisez le mot-clef comme ancre de lien (interne ou/et externe)

Posez vous les bonnes questions :

  • Quel format ? Vidéo, audio, texte…
  • Quelle taille ? Environ 1000 mots ?
  • Quel ton ? Amusant ou sérieux ? Inspirant ou rassurant ? Tu ou Vous ?
  • Quel contenu ? Astuces, tuto, interview…
  • Quand publier ? Donc combien de fois publier ? Quel jour ? Quel heure ?
  • Où publier ? Sur le site oui, mais où également ?

 

Le référencement off-site (externe)

L’interne et l’externe sont liés, lorsque vous voulez publier une page, vous allez réfléchir en amont à comment bien rédiger l’article pour le web (SEO interne) et comment améliorer son autorité (SEO externe).

 

Comment améliorer l’autorité d’une page web ?

On parle ici de netlinking ou en français d’acquisition de liens. Google considère qu’un site qui reçoit beaucoup de liens externe (backlinks) à une forte notoriété. Logique, plus on parle de vous, plus vous êtes connu.

Ça, c’est la théorie.

Dans la pratique, Google fait évoluer ses algorithmes assez souvent et devient de plus en plus intelligent. Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’avoir pleins de liens qui pointent vers son site pour augmenter son autorité. Il faut avoir des liens de qualité.

Exemple :

Vous avez réussi à convaincre 3 blogueurs de vous faire 3 liens chacun vers votre site.

Le journal Le Monde vous fait 1 lien vers votre site.

Quel est le meilleur lien ?

Critère d’un bon lien

  • Un bon lien est lié à ta thématique
  • Un bon lien provient d’un site de qualité
  • Un bon lien est pertinent avec sa page de destination.
  • L’ancre d’un lien est ultra importante est doit être pertinente également
  • Un bon lien est naturel

A noter que bien sur, il est préférable d’avoir des liens de bonnes qualité sur beaucoup de domaines différents.

On en revient toujours à l’expérience utilisateur, plus un lien s’intègre naturellement dans un texte et plus il est qualitatif aux yeux de Google.

Vous devez alors trouver un maximum de liens très qualitatif qui renvoient vers votre page d’accueil mais aussi chacune de vos pages et de vos articles. C’est beaucoup de boulot.

Attention, la qualité compte plus que la quantité. C’est très important.

Qu’est ce que le référencement naturel ?

Tout d’abord il est important de comprendre que le SEO est très puissant mais long à mettre en place. En effet, il faudra au moins attendre 1 mois pour voir les premiers résultats et 3 mois pour que votre SEO soit lancé. Les débuts sont long et compliqués mais une fois en place, le trafic de votre site fonctionnera en automatique sur le long terme. Il est toutefois conseillé de commencer par une campagne de communication payante pour démarrer.

Le référencement naturel ou en anglais SEO pour Search Engine Optimisation s’oppose au SEA (Search Engine Advertising).

Le SEA est du référencement payant qui consiste à acheter de la publicité Adwords. Ce sont les premiers résultats de recherche en vert étiquetés « Annonce ».

Le SEO consiste à faire en sorte qu’une page remonte dans les premières résultat de recherches de façon naturel, en essayant de faire des pages le plus qualitatifs possible pour le web et pour l’utilisateur.

En fait, Google a des critères de sélections pour classer les pages web. Plus vous respectez ces critères et plus votre page remonte. Bien sur vous devez également tenir compte de la concurrence de la thématique de votre page.

 

Comment ça marche ?

Google envoie des robots analyser votre site web (crawl), les robots regardent si votre site correspond aux critères de Google, les robots indexent les pages dans le moteur de recherche. Une fois indexées, elles sont positionnées suivant tout un tas de critères.

Connaitre ces critères, c’est avoir un coup d’avance sur vos concurrents.

 

Pourquoi travailler son SEO ?

La question ne se pose pas. Le SEO est un canal d’acquisition essentiel. Il y en a plusieurs : les réseaux sociaux, l’email marketing par exemple, mais le SEO vous permet d’avoir du trafic en automatique sur le long terme sans rien faire.

 

Les différents Algorithmes de Google

Google compte 19 algorithmes, certains visent à favoriser un site et d’autres à le pénaliser. On va en voir 7 principaux :

  • Panda : un des algorithmes de Google les plus important qui analyse la qualité des sites web (sorti : 07/2015)
  • Penguin : un algorithmes qui pénalise la suroptimisation SEO et notamment trop de liens externes non naturel (sorti : 09/2016)
  • Index mobile : Google tend à passer sur un index mobile et non plus PC, cet algorithme favorise les sites web qui sont responsive design (04/2015)
  • RankBrain : c’est une intelligence artificiel qui permet de mieux répondre aux requêtes des internautes. Il ne favorise ou pénalise personne. (sorti : 10/2105)
  • Hummingbird : un algorithme qui vise à améliorer la recherche sémantique. Il permet aux robots de mieux comprendre de quoi parle une page web. (sorti : 09/2013)
  • Vitesse : l’algorithme qui vise à favoriser les sites web rapide (sorti : 04/2010)
  • HTTPS : vise à favoriser les sites sécurisé. (sorti : 08/2014)

Ce qu’il faut retenir : Google est le grand chef du web et vous devez vous plier à son fonctionnement si vous voulez réussir sur le web.

Heureusement, Google veut simplement que chaque site web facilite la vie aux internautes.

 

Le référencement on-site (interne)

On parle ici de référencement on-site (interne) d’un côté et de référencement off-site (externe) de l’autre.

En gros, le SEO interne, c’est comment bien rédiger un article pour le web. Pour cela, il faut respecter deux choses :

  • L’expérience utilisateur
  • Les critères de Google

Il existe des centaines de critères, je vous présente ici ceux qui ont le plus de poids.

  • La balise Title : le titre est un élément ultra important et doit être optimisé avec de bons mots-clefs. Il va déterminer si l’internaute va oui ou non trouver puis cliquer sur le lien pour accéder à la page. La balise Title fait entre 50 et 70 caractères.
  • La balise Meta description : moins de poids que le titre, la balise meta description est un extrait unique de l’article qui apparait seulement dans les résultats de recherche. Trop souvent oublié, le meta description doit faire environ 160 caractères.
  • Le maillage interne : le meilleur moyen de faciliter la navigation aux robots de Google mais aussi aux internautes est simplement de faire des liens entre les pages du blog. C’est bon pour le référencement mais aussi pour garder les utilisateurs sur le site. Wikipedia est le roi du maillage interne.
  • Les liens sortants : il s’agit d’un critère plus axé sur l’expérience utilisateur. En effet, un lien qui renvoi vers une page qui ne fonctionne pas nuit à l’utilisateur.
  • Les balises Hn : l’ordre des balises Hn (H1- H2 – H3 – H4) permet aux robots de mieux identifier les données des pages web. Plus Google en sait sur une page et plus il va pouvoir l’afficher dans les résultats de recherche.
  • La profondeur : la profondeur nuit à l’expérience utilisateur. Les internautes sont feignants et veulent trouver une info très rapidement, s’ils ont du mal à trouver l’info, ils vont partir. De plus, les robots passent un temps limité sur un site web et peuvent manquer une page trop profonde. Elle ne sera alors pas indexée.
  • La taille du texte : Google fonctionne avec des mots-clefs. Forcement, plus vous ajoutez de texte et plus vous êtes susceptibles d’avoir de mots-clefs que les utilisateurs vont taper dans Google (même des mots-clefs que vous n’imaginez pas). D’après plusieurs analyses, un article bien optimisé fait dans les environs de 3000 mots. Je conseille 1000 mots.
  • La mise en exergue : on touche encore à l’expérience utilisateur, le gras attire l’œil et permet aux robots de mieux identifier de quoi parle la page.
  • Les pages AMP : encore tout récent, les pages AMP pour Accelerated Mobile Pages permettent d’avoir une version mobile très rapide et ainsi gagner en visibilité.
  • La vitesse de chargement + le taux de rebond : plus une page est longue et plus l’internaute va partir. Si l’internaute quitte le site dès les premières secondes de chargement de la page, cela augmente votre taux de rebond. Pour Google, vous nuisez à l’expérience utilisateur et il vous pénalise.
  • La balise meta no index : grâce à Yoast SEO, vous pouvez simplement bloquer l’indexation d’une page. Il faut savoir que cette manipulation rend une page inutile pour le SEO. Je vous conseille de faire cette manipulation seulement pour la page « mentions légales » ou « CGV ».
  • Le duplicate content : Google déteste le copier-coller, que cela soit en externe ou en interne, essayez de ne jamais écrire plus de 3 lignes identiques sur votre site.
  • L’ancienneté : simplement, un nom de domaine (pas forcement un site web) a plus de poids s’il est ancien.
  • Le responsive design : on l’a vu, Google à un algorithme spécifique pour les pages mobiles et votre site doit être absolument responsive design pour être bien référencé.
  • Les erreurs 404 : Les erreurs 404 ne sont pas dramatiques pour le référencement naturel mais elles nuisent à l’expérience utilisateurs. Une erreur 404 est une page inaccessible. Il n’y a rien de pire pour qu’un utilisateur quitte le site web.

 

Bien rédiger pour le web :

Le contenu texte est l’élément numéro 1 d’un bon positionnement SEO. Google classe les sites web suivant tout un tas de critères mais sans contenu, il n’y a aucun positionnement possible.

Un bon contenu commence par une étude de mots-clefs

Qu’est ce qu’un bon mot-clef ?

  • Mots-clefs concurrentiels : se sont des mots-clefs essentiels à l’article mais très concurrentiel = « Activités Maroc »
  • Mots-clefs de longue traine : On appelle des mots-clefs de longue traine des mots-clefs qui font plus de 3 ou 4 mots et qui sont très précis. Exemple : faire de la planche à voile au Maroc.

Vous devez utiliser les deux.

 

Comment identifier un mot-clef potentiellement bon ?

  1. Tapez un mot-clef dans Google
  2. Si vous retrouvez beaucoup de pages d’accueil, ce n’est pas bon
  3. Si il y a beaucoup de pub, ce n’est pas bon
  4. Si il y beaucoup de site connu, ce n’est pas bon

Un mot-clef ne doit pas être répété le plus possible, cela ne fonctionne plus. Vous devez :

  • Utilisez un mot-clef principal par page
  • Utilisez d’autres mots-clefs important pour entourer l’univers sémantique du mot-clef principal (exemple : le mot-clef principal est jaguar, je vais utiliser des mots-clefs liés à l’univers de l’automobile si je veux parler de la voiture).
  • Placez ces mots-clefs en début de paragraphe
  • Placer le mot-clef principal dans le titre, meta description, sous titre et url.
  • Utilisez le mot-clef comme ancre de lien (interne ou/et externe)

Posez vous les bonnes questions :

  • Quel format ? Vidéo, audio, texte…
  • Quelle taille ? Environ 1000 mots ?
  • Quel ton ? Amusant ou sérieux ? Inspirant ou rassurant ? Tu ou Vous ?
  • Quel contenu ? Astuces, tuto, interview…
  • Quand publier ? Donc combien de fois publier ? Quel jour ? Quel heure ?
  • Où publier ? Sur le site oui, mais où également ?

 

Le référencement off-site (externe)

L’interne et l’externe sont liés, lorsque vous voulez publier une page, vous allez réfléchir en amont à comment bien rédiger l’article pour le web (SEO interne) et comment améliorer son autorité (SEO externe).

 

Comment améliorer l’autorité d’une page web ?

On parle ici de netlinking ou en français d’acquisition de liens. Google considère qu’un site qui reçoit beaucoup de liens externe (backlinks) à une forte notoriété. Logique, plus on parle de vous, plus vous êtes connu.

Ça, c’est la théorie.

Dans la pratique, Google fait évoluer ses algorithmes assez souvent et devient de plus en plus intelligent. Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’avoir pleins de liens qui pointent vers son site pour augmenter son autorité. Il faut avoir des liens de qualité.

Exemple :

Vous avez réussi à convaincre 3 blogueur de vous faire 3 liens chacun vers votre site.

Le journal Le Monde vous fait 1 lien vers votre site.

Quel est le meilleur lien ?

Critère d’un bon lien

  • Un bon lien est lié à ta thématique
  • Un bon lien provient d’un site de qualité
  • Un bon lien est pertinent avec sa page de destination.
  • L’ancre d’un lien est ultra importante est doit être pertinente également
  • Un bon lien est naturel

A noter que bien sur, il est préférable d’avoir des liens de bonnes qualité sur beaucoup de domaines différents.

On en revient toujours à l’expérience utilisateur, plus un lien s’intègre naturellement dans un texte et plus il est qualitatif aux yeux de Google.

Vous devez alors trouver un maximum de liens très qualitatif qui renvois vers votre page d’accueil mais aussi chacune de vos pages et de vos articles. C’est beaucoup de boulot.

Attention, la qualité compte plus que la quantité. C’est très important.