Skip to main content
SEO

1er pilier SEO : l’optimisation SEO technique des pages web

Par 12 juillet 2020mars 29th, 2021Aucun commentaire

Le référencement naturel est un ensemble de techniques webmarketing qui visent à améliorer la visibilité d’un site web dans les résultats de recherche de Google. Concrètement, comment ça fonctionne ? Comment utiliser le référencement pour gagner en visibilité ? Dans mon article sur « Le SEO, c’est quoi ?« , je décortique le SEO en 4 grands piliers :

  1. Le SEO technique
  2. L’expérience utilisateur
  3. Le contenu
  4. Les recommandations

Dans cet article, c’est le premier qui va nous intéresser. Je vais vous dévoiler 15 critères SEO d’optimisation technique pour vérifier que vos pages ont les bonnes bases pour gagner en visibilité. Il faudra tout de même noter que les 4 grands piliers doivent être travaillés pour avoir un maximum de référencement.

Le SEO Technique, c’est quoi ?

Le premier pilier du référencement est le SEO technique, il s’agit d’optimiser un ensemble de critères de Google interne au site web. Google accorde de l’importance à ses critères car ils jouent à la fois sur l’expérience utilisateur (côté internaute) et sur la navigation des robots (côté Google). En clair, le SEO technique, c’est surtout l’optimisation d’une page web pour que les moteurs de recherche puisse le comprendre au mieux.

Si Google ne comprend pas votre site ou qu’il n’arrive pas a visiter toutes vos pages, c’est un point négatif pour votre référencement. Vous devez donc faire en sorte que tout ce qu’il y a « sous le capot » de votre site web ronronne correctement. On s’intéressera donc tout particulièrement à la façon dont un site web a été construit et quel CMS (outil de création de site web comme WordPress ou Wix) il utilise, s’il en utilise un. La plupart des critères du SEO technique sont donc adressés à Google et invisibles aux yeux des internautes.

Pourquoi le SEO technique est si important ? Olivier Duffez nous répond :

« Pourquoi ? Tout simplement car c’est ce que font tous ceux qui cartonnent ! Croyez-en mon expérience en référencement Google. »

seo technique

15 critères SEO d’optimisation technique

1. Le crawl et l’indexabilité

Google fonctionne en 3 étapes pour gérer les sites web. Le crawl et l’indexabilité sont les deux premières étapes :

  • Le crawl : Google envoi ses robots analyser chaque page d’un site
  • L’indexation : une fois analysée, les pages sont indéxées dans le moteur de recherche et sont visibles par les internautes dans les résultats de recherche

Il est possible de contrôler ces 2 étapes. Le crawl peut être gérer via le fichier robots.txt qui permet d’indiquer à Google les pages qu’il n’a pas le droit de visiter. L’indexation peut être gérée par la balise No-index ou la balise canonique qui indiquent à Google de ne pas indexer une page. Il est intéressant de contrôler ses deux étapes pour le SEO technique, j’en parle dans cet article dédié à la qualité des pages.

Lorsqu’un utilise un CMS comme WordPress, il est bon de vérifier si Google à bien indéxé toutes les pages que l’on souhaite indéxer. Très souvent, Google indexe des pages que l’on ne souhaite pas indexer et en oublie d’autres que l’on souhaite voir indexer. C’est très frustrant et il faut être en veille constante pour vérifier la bonne indexation de ses pages. 

Pour cela, vous pouvez utiliser Google Search Console. Dans l’onglet « Couverture », vous pouvez voir toutes les pages de votre site web (passées ou présentes). Vous pouvez alors voir les pages en erreurs, les pages indéxées (valides) et celles que Google n’a pas indéxées (volontairement ou non). Vérifiez ces informations. 100% des pages indexables dédiées au référencement doivent être dans la partie « Valides » et toutes les pages que vous ne souhaitez pas voir indexer doivent être dans la partie « Exclues ».

Converture google search console

2. Le sitemap

Afin de bien guider Google, on pourra créer un sitemap (plan du site) et l’envoyer à Google via la Search Console. Le sitemap contient toutes les pages que l’on souhaite voir indexer. Il permet à Google de connaitre à l’avance les pages qu’il doit visiter et donc gagner du temps. Le sitemap est surtout utilisé sur les sites web qui contiennent beaucoup de pages, Google n’en a que très peu besoin sur un site de moins de 20 pages.

Sur WordPress, le plugin bien connu Yoast SEO prend en charge cette fonctionnalité, les autres plugins SEO Rankmath et SEOPress le font également. Dans Search Console, c’est dans la partie « Index » – « Sitemap » que l’on peut envoyer l’URL de notre sitemap.

3. L’accessibilité des pages

Il est très important d’offrir une bonne expérience utilisateur aux internautes. Pour cela, 100% des liens sur les pages doivent fonctionner correctement. L’internaute qui clique sur un lien en erreur sera frustré et partira. C’est alors dramatique pour votre visibilité Google. Il y a 3 types de liens qui reviennent le plus souvent :

  • Les liens en code 200 : tout va bien, cela signifie que le lien fonctionne correctement, 100% des liens de votre site web doivent être en code 200.
  • Les liens en code 301 : cela signifie que la page de destination est bien accessible mais est en redirection. Cela se produit le plus souvent quand l’URL de la page de destination a été modifiée mais que l’on a oublié de modifier les liens qui pointaient vers cette page. Le code 301 signifie une redirection permanente. Ce n’est pas dramatique mais en trop grand nombre, c’est mauvais pour votre temps de chargement et votre référencement. 
  • Les liens en code 404 : les erreurs 404 ne sont pas dramatiques pour le référencement naturel mais elles nuisent à l’expérience utilisateur. Une erreur 404 est une page inaccessible. Il n’y a rien de pire pour qu’un utilisateur quitte le site web. Indirectement, cela nuit donc au référencement.

Vous pouvez contrôler vos liens en faisant un crawl de votre site web. L’outil gratuit Screaming Frog SEO Spider permet d’identifier les liens en erreurs ou vous pouvez demander la réalisation d’un audit SEO. A noter que c’est exactement la même chose pour les liens sortants. Je trouve des erreurs de liens dans 100% des audits SEO de mes clients. C’est pourtant un critère majeur du SEO technique.

4. La profondeur

La profondeur correspond aux nombres de cliques nécessaires pour accéder à une page web. Les utilisateurs s’arrêtent en général à 3 cliques. Une trop grande profondeur de page nuit à l’expérience utilisateur. Les internautes sont feignants et veulent trouver une information très rapidement, s’ils ont du mal à trouver ce qu’il recherche, ils vont partir. De plus, les robots passent un temps limités sur un site web et peuvent manquer une page trop profonde. Elle ne sera alors pas indexée (pas de suite en tous cas).

Limitez le nombre de cliques à une profondeur de 3 maximum. Pour cela, vous devez avoir une arborescence simple et concise. Le maillage interne est également un bon moyen de réduire la profondeur.

Profitez d'une formation offerte

Visionnez plus de 3h de vidéos pour apprendre à créer un site web WordPress et le rendre visible

Accès immédiat

5. Le maillage interne

C’est le meilleur moyen de faciliter la navigation aux robots de Google mais aussi aux internautes. Le maillage interne consiste simplement à faire des liens entre les pages d’un même site web. C’est bon pour pour votre visibilité Google mais aussi pour garder les utilisateurs sur le site. Wikipedia en est un exemple parfait. Il faut comprendre que Google utilise les liens pour naviguer de page en page. Une URL qui ne reçoit pas de lien sera difficile à trouver pour les robots et ne sera pas indexée. Je préconise que chaque page fasse et reçoive 3 liens internes au minimum.

De mon côté, je pense que c’est un critère majeur du SEO technique : découvrez mon guide complet sur le maillage interne.

6. La balise Title

Le title SEO est un élément ultra important et doit être optimisé avec de bons mots-clefs. Il va déterminer si l’internaute va oui ou non trouver puis cliquer sur le lien pour accéder à la page. Il doit être incitatif et les bons mots-clefs doivent être placés le plus à gauche possible. La balise Title est visible quand elle fait entre 60 et 65 caractères. Je vous conseille d’utiliser la maximum d’espace possible, il n’y a pas de taille limite, au delà de 65 caractère, le texte peut seulement être tronqué. A noter que chaque balise title doit être unique et que le titre de la page n’est pas forcement identique à la balise title. Sur WordPress, c’est avec un plugin comme Yoast SEO que l’on peut modifier la balise Title.

La balise title

7. La balise meta description

La balise Meta description a beaucoup moins de poids que la balise title pour le SEO technique, c’est un extrait unique de la page qui apparaît seulement dans les résultats de recherche. Trop souvent oublié, la meta description doit faire environ 160 caractères pour ne pas être tronquée et être également optimisé avec de bons mots-clefs. On peut retrouver le mot-clef (ou variante) de la balise title également dans la meta description. L’objectif de la meta description est surtout incitatif, il faut donner envie à l’internaute de clique sur sa page plutôt que sur celle du concurrent.

8. Les balises HN

Les balises Hn correspondent aux titre et sous-titre, à l’architecture d’une page web. Elles doivent être dans l’ordre (H1 – H2 – H3 – H4 – H5 – H6). Invisible pour les internautes, elles permettent aux robots de mieux identifier les données et la sémantique d’un contenu. Plus Google en sait sur une page et plus il va pouvoir l’afficher dans les résultats de recherche les plus pertinents. Attention, la taille de la police des titres n’est pas forcement liée à leur balise Hn. La balise H1 est la plus importante, c’est le titre de la page. Il doit être unique et optimisé avec les bons mots-clés.

balise HN pour le SEO technique

9. La taille du texte 

Google fonctionne avec des mots-clefs. Forcement, plus vous ajoutez de texte et plus vous êtes susceptible d’avoir de mots-clefs que les utilisateurs vont taper dans Google (même des mots-clefs que vous n’imaginez pas). D’après plusieurs analyses, un article bien optimisé fait environs dans les 3000 mots. Je conseille toujours 1000 mots minimum. C’est un critère très important pour l’optimisation technique. Je reviens sur cette partie dans le pilier SEO n°3 : le contenu.

10. La mise en exergue 

On touche encore à l’expérience utilisateur, le gras attire l’œil et permet aux robots de mieux identifier de quoi parle une page. Ce n’est pas grand chose mais c’est un plus pour gagner un plus de poids SEO.

11. Les pages AMP

Encore tout récent, les pages AMP pour Accelerated Mobile Pages permettent d’avoir une version mobile très rapide. Google favorise de plus en plus les sites web rapide sur mobile. On est limite dans le pilier n°2 : l’expérience utilisateur.

12. La vitesse de chargement + le taux de rebond

Plus une page est longue et plus l’internaute va partir. Si l’internaute quitte le site dès les premières secondes de chargement de la page, cela augmente votre taux de rebond. Pour Google, vous nuisez à l’expérience utilisateur et il vous pénalise pour cela. Exploitez la mise en cache du navigateur et optimisez vos images pour qu’elles soit le moins lourd possible, c’est tout l’objet du pilier n°2.

Temps de chargement et SEO-min

13. Le duplicate content

Google n’aime pas le copier-coller, que cela soit en externe ou en interne, essayez toujours de rédiger du contenu unique sur toutes les pages de votre site. Si deux pages ont un contenu quasi identique, Google va en sélectionner une à référencer et mettre l’autre aux oubliettes. Attention, Google ne pénalise pas le duplicate content. 

14. Le HTTPS

Google a clairement indiqué que les sites non sécurisé (HTTP) pouvaient être pénalisés visuellement dans les navigateurs web. Il a indiqué également que le HTTPS était maintenant un facteur d’amélioration du référencement. Il est donc primordiale de passer votre site web en HTTPS. Voici un tuto pour passer votre site web WordPress au HTTPS.

de http à https

15. La structure et la stabilité des URL’s

La structure des URL’s est également importante pour le SEO technique. Ce qu’il faut absolument retenir est la stabilité des URL’s. Afin d’évitez les liens en erreurs 301 ou 404, évitez de modifier une URL déjà en ligne. Cela pourrait créer beaucoup d’erreurs techniques SEO. Ajouter des mots-clés dans l’URL est une bonne pratique qui apporte un petit plus à votre visibilité Google.

Évitez d’utiliser les « _ », les dates, les caractères accentués, ou spéciaux dans les URL’s. Essayez toujours de rédiger des URL courtes et explicites.

Conclusion : Comment travailler le SEO technique ?

Référencement naturel interne-min

Nous l’avons vu, des centaines de critères sont à prendre en compte pour une bonne optimisation technique et donc une visibilité maximale sur Google. Ces 15 éléments ci dessus sont largement suffisants pour créer une page web bien optimisée techniquement. Pensez bien que le SEO technique n’est que le premier pilier du SEO, vous devez ensuite combiner ces informations avec les critères des 3 autres piliers pour que votre stratégie SEO soit complète.

À ne pas rater !
Profitez d'une formation offerte

Visionnez plus de 3h de vidéos pour apprendre à créer un site web WordPress et le référencer !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Florian

À propos de Florian

Consultant SEO WordPress à Nice, j'accompagne les info-preneurs, TPE et PME dans leur stratégie webmarketing et leur recherche de visibilité sur le web. Spécialisé en référencement WordPress, je propose aussi du coaching et des formations en ligne.

Laisser une Réponse

11 − onze =